Rechercher

Hypersensible : une manière d’Etre au Monde

Mis à jour : août 31


*Qualifiés aussi de « neurodroitiers », les personnes hypersensibles représentent, selon des recherches réalisées notamment par la psychologue américaine Dr Elaine Aron, 20% de la population (Je vous invite d'ailleurs à lire son livre : Ces gens qui ont peur d’avoir peur. Mieux comprendre l’hypersensibilité, aux éditions de l’Homme).

Parmi les animaux, elle a aussi constaté qu’ils sont 10% à être Hypersensibles.

D'autres personnes se sont intéressées à ce sujet, entre autres, le psychanalyste Saverio Tomasella et la psychologue Arielle Adda

Ces études permettent de conclure que l’hypersensibilité est un caractère inné; c’est-à-dire qu’il existe chez un individu dès sa naissance. L’hypersensibilité n’est en rien une « pathologie » mais une forme de « normalité », qui relève avant tout d’une stratégie de survie.

Concept très relatif, car profondément inscrit dans la manière dont notre cerveau traite les informations de notre environnement.

La caractéristique principale des hypersensibles réside dans la surefficience de leur cerveau droit (cerveau de l’imagination, la créativité, les émotions, l’intuition, l’abstrait, les rêves) à la différence des "neurotypiques", qui eux, utilisent leurs deux cerveaux de manière équilibrée, et notamment le cerveau gauche qui, lui, est le cerveau de la raison, il est analytique, méthodique.

*Les hypersensibles ont des valeurs bien ancrées : empathie (plus perméable à leur environnement, ils parviennent à cerner l’autre et à deviner ses intentions. C’est un problème : Ils portent le poids du monde sur leurs épaules, en absorbant les émotions de leurs proches et en partageant leurs souffrances. Au travail, cela se traduit par des élans de générosité envers leurs collègues. Plus attentionnés, ils sont toujours prêts à aider un nouveau venu, à accueillir un stagiaire. Ils n’agissent pas à dessein et manquent cruellement d’esprit de compétition. Cette profonde empathie pousse certains hypersensibles à s’orienter vers une carrière dans l’humanitaire. En revanche, elle peut aussi se retourner contre eux :

Les hypersensibles sont des proies idéales pour les pervers narcissiques. Ces derniers détectent leurs failles, exploitent leur gentillesse et leur désir de perfection), compassion, autonomie, authenticité, ne supportent pas l’injustice et sont souvent des grands idéalistes.

Se relier à leur intuition pour les hypersensibles est vraiment aidant, comme le fait de s’ouvrir à leur créativité, le fait de comprendre qui ils sont réellement de manière authentique grâce à cette prise de recul sur soi afin de pouvoir prendre conscience de leur particularité dans leur manière de penser et de fonctionner différemment des neurotypiques, change quelque chose non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour l’Univers. Les méditations à des niveaux individuels - que l'on soit hypersensible ou non - ont un impact sur le lien avec les autres et avec l'Univers.

Leur forte intuition est parfois impossible à justifier devant leur entourage et finit par les isoler :

Cette intuition résulte d’un nombre élevé de connexions cérébrales auxquelles s'ajoutent un sens aigu de la logique, un besoin de cohérence, et vous obtiendrez l’état d’esprit des hypersensibles.

Imaginez un métro qui ne s’arrête qu’aux correspondances et non aux stations intermédiaires : le chemin est parcouru beaucoup plus rapidement. Dans le cerveau, c’est pareil.

La phase de transformation et de changement est un passage nécessaire pour les Hypersensibles, après avoir compris leur manière de fonctionner et d'Etre au Monde, pour avancer, se (re)construire et se révéler à soi.

*Plusieurs causes entrent en jeu dans la particularité de trait de caractère des hypersensibles (car ce n’est pas une pathologie!) qui se constitue pendant la vie intra-utérine, se développe dès la naissance, et se manifeste de différentes façons chez les individus selon divers facteurs: les causes biologiques (alimentation ; contrôle, substances anxiogènes), les causes psychodynamiques (blessures d’enfance, manque de confiance en soi), les causes relationnelles (se sentant "différents des autres ou neurotypiques" et étant aussi réellement perçus comme étant "différents" par ces autres, les hypersensibles vont souvent se retrouver en situation de sur adaptation pour être « conformes» aux règles au sein d’un groupe par exemple: ce qui a fait la matrice dans laquelle l'humain évolue).

Leur système nerveux va beaucoup plus vite, leur système de pensée aussi(association d’idées en arborescence). L’amygdale (noyau pair situé dans la région antéro-interne du lobe temporal au sein de l'uncus, en avant de l'hippocampe et sous le cortex péri-amygdalien) tient un rôle important car elle est responsable de la réponse émotionnelle activée, tout comme l’Insula (partie du cortex cérébral) siège de la conscience qui peut parfois se tourner en perfectionnisme chez les hypersensibles.

Lorsque les 5 sens sont développés chez des personnes hypersensibles, l’on parle d’Hyperesthésie. Cette dernière a un impact sur la vision du monde, sur la fatigue car la surstimulation que l’on peut éprouver change la façon dont elles voient le monde.

Les neurodroitiers sont ainsi dits « plus connectés » au monde.

*Ils ont des difficultés à faire la distinction entre leurs propres émotions et ressentis et ceux des autres, à s’ancrer, à savoir où s’arrête leur espace psychique et celui de l’autre (et deviennent alors hermétiques aux émotions de leur corps), ils peuvent aussi avoir peur d’être submergées par ce qu’ils ressentent au niveau subtil,

*Pour entrer en relation au monde, les hypersensibles ont un besoin régulier de :

- Se protéger, en s’ancrant dans leur individualité

- Que tout le monde autour soit « bien » pour qu’ils le soient aussi sinon ils sont vite submergés alors-même qu’ils savent que leur bonheur dépend d’eux.

Les risques : aller vers l’isolement de manière obligée car fondamentalement ils ont besoin de conversion aux autres et de partager.

Ils sont souvent anxieux, à la fois sur le plan psychologique et physiologique.

Les hypersensibles sont permanents et flottants, certains anticipent dans le futur et utilisent un comportement d’évitement, ce qui entraine une baisse de l’estime de soi.

Vifs physiquement, ils réagissent à de nombreux stimuli. Par exemple, l’étiquette d’un vêtement qui frotte contre la peau, la sirène d’une ambulance ou une forte luminosité peuvent vite devenir insupportables. Le corps est plus réceptif aux massages, aux caresses, mais aussi plus affecté par les allergies, les médicaments et la caféine.

Les hypersensibles ont une oreille fine. Un simple bruit urbain devient un vacarme qui les empêche de se concentrer.

Ils doivent trouver l’équilibre au niveau de leur système nerveux autonome (respiration, cœur, digestion, système endocrinien et donc l’humeur) car ils sont souvent dans le système nerveux sympathique (l'activation du système nerveux sympathique prépare l'organisme à l'action. En réponse à un stress, il orchestre la réponse dite de combat ou de fuite qui entraîne une dilatation des bronches, une accélération de l'activité cardiaque et respiratoire, une augmentation de la tension artérielle, une dilatation des pupilles, une augmentation de la transpiration, une diminution de l'activité digestive…Ce système est associé à l'activité de deux neurotransmetteurs : la noradrénaline et l'adrénaline) et peu dans le système parasympathique (l'activation du système nerveux parasympathique, à l'inverse, correspond à une réponse de relaxation. Il induit un ralentissement général des fonctions de l'organisme. Le rythme cardiaque et l'activité respiratoire sont ralentis et la tension artérielle diminuée. La fonction digestive et l'appétit sexuel sont favorisés. Ce système est associé au neurotransmetteur acétylcholine)

S’ils sont trop dans le sympathique, l’immunité est déprimée, ils ne digèrent plus, les toxines s’accumulent.

Il existe un lien fort, un échange et une communication chimique entre le cerveau et l’intestin, notamment pour gérer le péristaltisme à travers le nerf vague et sympathique.

*La théorie de la désintégration positive de Dabrowski : pour développer intrinsèquement sa personnalité d'hypersensible, il peut être intéressant de faire un travail sur ces trois valeurs :

Autonomie : je me responsabilise, je prends en charge mes besoins

Authenticité : je renoue avec mes valeurs profondes et ma véritable identité

Altruisme : je prends en compte le bien d’autrui sans intrusion !!

But : transcender le besoin de se conformer inconsciemment aux normes de la société. Oser sa différence peut être stressant et inconfortable pour ces personnes hypersensibles.

Sortir de cette zone de confort peut être source d’ennui parfois, non par manque d’idées ou d’envie, mais une confusion de ses ressentis et émotions car l’esprit est séparé du corps et les hypersensibles deviennent sujets au stress (déséquilibre entre la demande de l’environnement et leurs propres ressources pour y répondre).

"Le vase" se remplit plus vite chez des personnes hypersensibles comparé, de manière générale, à des personnes neurotypiques donc ils ont besoin de beaucoup de temps d’introspection, de respiration, des petits temps où ils se connectent à leur ressenti personnel, à la Nature et à l’instant présent.

« Les émotions ne font pas souffrir, me renseignent sur ma vérité intérieure mais le dialogue avec le mental et le jugement quant à lui, oui, nous fait souvent culpabiliser ».

Les mécanismes du stress - positif ou négatif : la frontière est très mince entre ces deux formes de stress, il est essentiel d’écouter les signaux d’alerte avant de nerveusement tomber dans la fatigue trop tard pour éviter l’épuisement.

La production de cortisol joue un rôle important dans ces phénomènes de stress et sollicite beaucoup les reins, l’immunité est déprimée et la digestion mauvaise, les toxines acidifient le corps et épuisent les surrénales, l’organisme s’effondre ce qui déclenche des « mal-a-dit(s) » au niveau du corps et au niveau de l’esprit.

Le métabolisme est fortement impacté par les taux de glucose et les lipides stagnants du fait de la production de cortisol (à un niveau trop important,) ce qui peut déclencher aussi fatigue chronique, épuisement, diabète, Alzheimer, dépression neurochimique des neurotransmetteurs, troubles du sommeil, manque de motivation, de plaisir…

Les lipides non utilisés par l’organisme peuvent entrainer obstruction des artères et veines, la digestion est ralentie donc peut réduire le péristaltisme intestinal et provoquer des fermentations si mauvaise digestion.

La prolifération de bactéries et toxines, vu que le barrage ne se fait plus, provoque une inflammation des intestins ; l’inflammation du cerveau étant alors déjà lancée par le taux de glucose dans le sang.

Le lien établit ici entre le cerveau et l’intestin (siège de l’inconscient) génère des états mentaux indésirables.

Pour des personnes hypersensibles, qui se sentent souvent « étrangères » à ce monde et peuvent aussi se considérer (et/ou être considérées !) comme « extraterrestres » ou "anormales", c’est là un premier pas de comprendre leur fonctionnement afin de faire des choix et d’entreprendre des actions qui leur permettront d’être elles-mêmes en prenant du recul sur leurs émotions, leurs pensées et ainsi trouver leur place dans ce monde.

Selon Elaine N. Aron, les hypersensibles s’interrogent souvent sur leur existence et sur la mort. Athées ou croyants, ils sont attirés ou fascinés par la spiritualité et se sentent profondément humanistes. Animés par une forte passion qui leur sert de leitmotiv, ils refusent de mener une existence routinière, dénuée d’originalité, et mettent un point d’honneur à vivre des expériences enrichissantes.

Et pour conclure, je reprendrais cette phrase qui, peut-être, vous parlera à vous aussi : "Il ne faut ni dominer ni subir ses émotions: il faut d’abord s’autoriser à les vivre. La plus grave erreur serait de considérer l’hypersensibilité comme une pathologie qu’il faut soigner. Devenir humain est une conquête quotidienne. Et celle-ci passe par la fierté d’être sensible".



24 vues

 

Mélanie Aney, Sophro-Coach et Masso-Relaxologue

+33 (0)650 325 520

contact@melanie-aney.fr

SIRET 834430928 00020

Mentions légales

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube